280 millions d’étudiants dans le monde en 2030 ! Pierre Tapie dévoile un travail de projection considérable au dernier colloque de la CGE.

Tout le monde se souvient du printemps dernier, des couacs de l’APB, des tirages au sort pour les places en fac, … A 10h45, alors que Clélia Chevrier-Kolacko vient de faire un discours d’introduction qui marque la volonté de la diplomatie française à soutenir les efforts d’internationalisation de l’enseignement supérieur français, Pierre Tapie dévoile Next15, fruit de 4 ans de recherche statistique, outil dynamique de projection des populations étudiantes sur 15 ans en France et dans 65 pays, soit plus de 90% de la population étudiante mondiale.

5 octobre 2017, Colloque de la CGE accueilli par l’INSA de Rennes, ayant pour thème « L’avenir de l’Enseignement supérieur français : financement et développement ». Pierre Tapie, dès le début de son exposé, annonce la couleur : « on devrait passer de 200 à 280 millions d’étudiants dans le monde d’ici à 15 ans, une augmentation certes très importante, mais très inférieure à celle connue entre 2000 et 2015 », avec des situations très contrastées selon les régions du monde.

Partant du fait que les étudiants de 2030 sont déjà nés, PAXTER a identifié un indicateur du taux d’accès à l’enseignement supérieur qui lui est corrélé à 99% et a trouvé une corrélation à 88 % entre la proportion d’étudiants d’une classe d’âge en études supérieures et le PIB/Habitant (ppa)

Un modèle prédictif est alors possible, basé sur une formule complexe qui fait interagir les données et informations officielles vérifiables, capable de prédire le taux d’accès à l’enseignement supérieur dans 66 pays sur 15 ans.

Si L’Afrique est sans doute la région du monde où la démographie étudiante va exploser, les perspectives sont plus contrastées dans la zone Asie-Pacifique : la Chine et surtout l’Inde annoncent des progressions massives alors que les perspectives sont plus sombres pour le Japon.

Les institutions d’enseignement supérieur françaises ont une carte à jouer avec les pays francophiles dont beaucoup vont vivre cette forte croissance de la population étudiante. En Afrique bien sûr, mais aussi également en Asie, Indonésie par exemple, où on s’attend à passer de 6 à 9 millions d’étudiants, ou aussi Pakistan, Bengladesh ou Philippines. Ce sont des perspectives tangibles pour les acteurs français.

Cette opportunité pour l’enseignement supérieur français soulève des questions sur les conditions de la réussite. Pierre Tapie démontre que les Grandes Écoles françaises sont reconnues à l’international et que l’internationalisation est déjà pratiquée par un grand nombre d’institutions. Toutefois il insiste sur la nécessité d’une adaptation de l’ingénierie pédagogique, évitant le copier/coller d’un modèle. Il soulève aussi des questions concernant le rôle de l’État.

Ex directeur de Purpan et de l’ESSEC, fondateur de Paxter, à l’origine de la création du hub d’enseignement supérieur ICSIA à l’ïle Maurice et consultant pour de nombreuses institutions en France et à l’étranger, Pierre Tapie a conclu son exposé par « L’éducation, ça compte ! », « Education matters » : parce qu’il est aujourd’hui indispensable de pouvoir anticiper les besoins du monde en termes d’enseignement supérieur, NEXT15 permettra à tous ses abonnés de bénéficier d’analyses régulièrement mises à jour, mais aussi de créer leurs propres simulations en fonction de leurs propres ambitions internationales.

– – –

Décrouvir PAXTER NEXT15 en avant-première ici

%d blogueurs aiment cette page :